Je ne peux pas m’en passer

Je ne peux pas m’en passer. Nous chantons tellement cette chanson!!! Je ne peux me passer de ci, je ne peux me passer de ça. mais tout ça, vous pouvez vous en passer. Oh que oui! Vous allez vous en passer et rien ne se passera de mauvais. La terre continuera de tourner, le soleil continuera de briller et surtout, vous continuerez de vivre.

Dans une autre vie, j’ai été marin ( j’ai été? marin une fois, marin à vie) et j’ai appris qu’en fait, on peut bien s’en passer. Quand j’étais plus jeune, je n’imaginais pas me passer de la télé. Quel délice!! J’aimais à fond les dessins animés. Plus tard, je n’ai jamais imaginé me passer d’un téléphone portable ni de mon ordinateur portatif . Mais de tout ça, je me suis passé et le ciel n’est pas tombé sur ma tête pour autant.

Je ne peux m’en passer, vraiment pas…

Je m’en suis passé non pas par plaisir au départ. Non. mais à 200 kilomètres des côtes, il n’y a pas de couvertures satellitaires. Encore plus à 500 ou 1000 kilomètres. Les satellites couvrent mais pas les satellites de la télé. Il n’y a donc pas de télé. Et à mes débuts, je travaillais tellement que ma vie se résumait à travail-manger-dormir. Alors vous comprenez, je me suis passé de la télé. Au début, c’est difficile. Avec le temps, on s’y fait et on s’en passe effectivement sans se gêner. On n’en sent plus le besoin, ni le manque.

Le téléphone? Même chose que pour la télé. La couverture réseau a ses limites terrestres. En mer, si vous voulez téléphoner, il faut utiliser le réseau satellitaire qui coûte extrêmement cher. Alors, du téléphone et surtout d’internet, je me suis passé.

Mais j’ai dû m’en passer quand même

Je me suis passé de téléphone, je me suis passé d’ordinateur, je me suis passé d’internet, je me suis passé de voiture. Je me suis passé de toutes ces choses matérielles dont je croyais ne pouvoir me passer. Et je n’ai pas de goûts de luxe. J’aimais les téléphones mais chers. Si tu sors ton téléphone, je me disais à l’époque, on doit savoir qui tu es .  J’ai trouvé ça non nécessaire désormais. Qui allais-je influencer à des milliers de kilomètres de la terre? L’eau et les poissons? Je m’y suis fait.

Et je me suis passé des gens. Il y a des amis, il y a des parents, quand vous êtes ensemble, quand vous faites des choses ensemble.  Ce sont les événements de la vie, les choses que vous vivez, les émotions que vous partagez qui créent des liens entre vous. La vie de mer est une vie de moine. Et donc les amis font leur vie, les parents font leur vie et vous faites la votre. Vous débarquez un jour pour apprendre que Jean s’est marié et que mémé de là-bas est morte. Alors ces gens dont vous croyiez ne pouvoir vous passer, vous vous en passez.

Et vous pouvez, vous aussi.

Ce que j’essaie de vous dire par là, c’est qu’il n’y a rien ni personne dont vous ne puissiez vous passer. Ne vous chargez pas. Ne vous mettez pas des obligations pour plaire à qui que ce soit. Un par un, déchargez-vous des parts qui rendent lourds votre croix dans la vie. Un de mes livres préférés, c’est Walden ou la vie dans les bois de Henry David THOREAU (vous pouvez télécharger ici http://ekladata.com/8HBB6N3_b86ndFpEKD7Ht8s4XFw/Thoreau-Walden-ou-La-Vie-Dans-Les-Bois.pdf) .  C’est un must read.

si aujourd’hui, je peux vivre de peu et faire avec, alors je crois que vous pouvez vivre de peu et faire avec. De ces choses dont vous pensez ne pas vous passer actuellement, de quoi avez-vous réellement besoin? Qu’est ce qui vous est indispensable et sans lequel vous ne vivrez pas? La vérité, c’est rien. Vous pouvez vous passer de tout. Vous pouvez vivre et fonctionner sans tout ça. Alors ne vous tuez pas à courir après l’inutile.

Pourquoi dirai-je ça alors que j’écris un blog pour parler d’argent?  Parce que quand on se passe du superflu, la poursuite et l’accumulation de la richesse deviennent un jeu. On en est détaché. Et on s’évite pas mal de stress inutile. Si vous avez une rentrée d’argent, vous prélèverez le nécessaire. Vous ferez travailler le reste. La peur d’être ruiné vous quittera. Au fond, vous saurez que vous pouvez vous contenter de peu.

Et vous vous déchargerez du superflu

Au fait, vous vivrez la vie qui vous convient à vous. Vous ne vivrez pas la vie qui convient aux yeux des autres. Et vous serez en paix avec vous mêmes. Et au besoin, entourez-vous de gens en phase avec  la vie que vous menez ( lire ici  Trouvez votre troupeau ou votre meute).

On se charge tellement de soucis, de peurs relatives à des choses sans vraiment grande importance. Pourtant, si on prenait le temps de la hauteur, ou s’il arrivait de mener une vie, ne serait que pendant quelques mois où on vit sans ces choses, on se rend compte leur futilité.

Alors vivez, et débarrassez-vous du poids des soucis des choses dont au fait, vous auriez pu vous passer. Car au fait, demandez-vous: “Et si je m’en débarrassais, ou si je devrais vivre sans ça, que se passerait-il?”. Si la réponse est que rien ne se passerait, alors pourquoi en faites-vous un souci? Si vous n’en mourrez pas, si la terre ne cessera pas de tourner, alors ne vous en faites pas. Vous allez surmonter ça.

En vivant ainsi, vous saurez apprécier les choses simples de la vie. Je vous suggère fortement cette vidéo de Jose Mujica, ancien président de l’Uruguay https://www.youtube.com/watch?v=myzYPjLiieI